Comment publier un article sous WordPress ?

Publier un article sous WordPress

Comment publier un article sous WordPress ?

Cet article est un pas à pas pratique dont l’objectif est de vous aider à publier un « bon » article sous WordPress, attractif visuellement et compréhensible pour les moteurs de recherche.

Rédiger pour le Web

La rédaction pour le Web est un format particulier. Gardez à l’esprit que vous vous adresserez toujours à deux publics différents : vos lecteurs et les moteurs de recherche. Ces derniers vous donneront plus ou moins de visibilité selon que vous aurez respecté ou non leur cahier des charges (il est assez similaire d’un moteur à l’autre).

Rédiger pour le Web suppose de rompre, en partie, avec les schémas habituels de rédaction. La particularité de l’écriture Web, c’est que votre audience est généralement à la recherche d’informations sur un support qui n’est pas le plus confortable pour lire (plus de fatigue visuelle engendrée, un rythme de lecture statistiquement inférieur de 30 % environ par rapport au support papier).

Aussi vous devrez être intéressant dès les premières lignes et rassurer sur ce que l’on va trouver dans l’ensemble de la page. Rien de pire que d’avoir parcouru plusieurs posts et de rester sur sa faim.

Vous utiliserez systématiquement la méthode de la pyramide inversée, c’est-à-dire que vous essaierez de captiver l’intérêt tout en donnant autant d’informations que possible dès le début du texte. Vous éviterez malgré tout de trop décevoir dans la fin de l’article, et vous soignerez quand même la conclusion.

Pyramide Inversée

L’objectif principal : rester naturel et respecter la logique narrative.

Si vous voulez approfondir, je vous renvoie vers un article de WP-Formation qui donne, en plus d’une description complète de l’outil de rédaction, de nombreuses astuces pour la composition de votre article et, si vous voulez passer en mode expert, je vous recommande le livre d’Isabelle Canivet Bien rédiger pour le Web.

La mise en forme

Nous nous contentons ici d’une seule méthode, incomplète, mais qui vous permettra de faire vos premiers pas.

Commençons

Vous êtes connecté dans l’administration de votre site (le backoffice), en tant que rédacteur ou éditeur. Dans le panneau latéral droit, cliquez en-dessous d’articles sur ajouter.

https://wpformation.com/article-wordpress/#rediger-article

Un nouvel écran s’affiche. Attention à ce stade à ne pas publier, mais enregistrez systématiquement comme brouillon. L’écran ci-dessous correspond à l’affichage sans constructeur de pages (page builder).

Ecran nouvel article

Vous pouvez saisir votre titre dans le champ, 10 à 12 mots, 60 caractères maximum.
Ce titre deviendra votre titre principal pour le référencement, balise meta title et, titre1 ou h1. Nous y reviendrons plus tard.

Une fois renseigné, si vous cliquez en dehors du champ, vous allez voir apparaître le permalien que vous devez impérativement « nettoyer », en ne gardant que les termes clés et en utilisant la notation anglo-saxonne (pas d’accents, seulement des minuscules, des tirets hauts pour séparer les mots ; il faut être concis et ne pas contrarier l’ordinateur) :

Modifie le permalien

Nous vous conseillons de rédiger votre texte dans Word (les mises en forme sont globalement supportées par WordPress).

Si ce n’est pas le cas, vous devrez enlever toute mise en forme, en collant au préalable votre texte dans le bloc notes de Windows, par exemple, avant de pouvoir faire l’import dans l’éditeur W.Y.S.I.W.Y.G de WordPress. Vous pouvez aussi utiliser la fonction coller en texte de l’éditeur (survolez les icône pour les infobulles).

Utilisez l’onglet visuel et collez (l’onglet texte vous demandera quelques connaissances du langage html).

Ajout dans l'éditeur WP

Les réglages pour le référencement

À ce stade votre texte n’a pas d’organisation suffisante pour les moteurs de recherche. Il va falloir créer une arborescence précise. Vous devrez à minima trouver un ensemble de sous-titres de niveau 2 (h2 que vous pouvez décliner à nouveau avec des titres de niveau inférieur h3) qui vont encadrer vos paragraphes (on ne descendra pas trop dans les niveaux de sous-titres, h5 est rarement employé).

Selection heading

Si votre theme est correctement codé, votre article commence à prendre forme y compris visuellement.

Pour contrôler que votre structure fonctionne, installez l’extension Web Developer sur votre navigateur et affichez le plan du document (information > View Document Outline). Vous devriez obtenir des onglets verts :

Web Developer plan du document

Nous nous occupons maintenant de l’analyse apportée par le plugin Yoast (c’est le plugin qui s’occupe du référencement de votre site) :

Ecran du plugin Yoast

Dans l’ensemble, les conseils de Yoast sont assez judicieux, voire très judicieux. Laissez-vous guider. Cela dit n’essayez pas à tout prix d’obtenir un point vert, un orange sera souvent suffisant. L’analyse sémantique de Yoast n’est pas aussi pointue pour le français que pour d’autres langues. Aussi, la lisibilité de votre style ou l’analyse de caractères particuliers manquera parfois d’exactitude.

Rédigez des phrases assez courtes, sans tomber dans une écriture trop simpliste.

Yoast vous apprendra un ensemble de points clés pour le référencement de vos articles.
Profitez-en pour affiner votre titre et vérifier qu’il correspond à votre mot ou expression clé.

Soignez la présentation

Notre prochain objectif est de donner un peu de relief à votre article. C’est le seul moyen de rendre votre site attrayant.

Sur le Web, accompagnez toujours vos publications d’illustrations sous peine de passer totalement inaperçu. Vous ne voulez pas que vos textes qui vous ont demandé autant d’efforts ne servent finalement à rien !

Trouvez la bonne image

Happy Po101 GIF by paidoff - Find & Share on GIPHY

Si vos talents de photographe sont encore en devenir, je vous propose de vous tourner vers les stocks d’images. Payants ou gratuits, ce sera notre unique source.

Remarque : si vous prenez des images un peu n’importe où sans en connaître ni la provenance ni la licence qui protège les droits d’auteur, vous risquez une amende salée !!! Attention, certaines images sont protégées par des programmes qui parcourent le Web…

Nous nous concentrerons sur Pixabay, Unsplash ou encore Freepick qui ont une gestion des droits d’auteurs assez simple pour débuter (lisez les conditions d’utilisation). Une bonne habitude consiste à faire un lien vers la source quand l’utilisation de l’image est libre.

Mettez les images au bon format

Contrairement à vos réseaux sociaux préférés, il faudra optimiser les image, vous-même, pour la taille et le poids.

Paint de Windows fera amplement l’affaire. Il suffit de redimensionner en gardant les proportions et de faire un petit tour, pourquoi pas sur Tiny Png pour alléger le tout (- de 250 Ko pour l’image à la une, – de 100 Ko, pour les autres images).

Si vous ne parvenez pas à la retrouver seul, demandez à votre Webmaster préféré quelle est la largeur prévue pour votre ’image à la Une. C’est l’image principale du post, celle qui est tout en haut :

Image à la une

Pour les autres images dans le fil du texte, la plus grande taille correspondra à environ 800 pixels de large (déduisez la largeur pour les images plus petites, en proportion). Vous pourrez les insérer avec le bouton ajouter un média :

Inserer un image dans un post

Avant de télécharger les images dans WordPress, vous devez les renommer en langage informatique, comme pour le permalien de l’article (minuscules séparées par des tirets hauts, pas d’accents, que des noms).

Renseignez la balise Titre et la balise alt (elles peuvent être identiques), pour le référencement et l’accessibilité (donnez un titre en écrivant normalement). Une des images devra avoir le mot clé de l’article en balise alt.

À un ou deux détails près

Votre texte manque encore d’un peu de couleur ! Mettez les passages importants en gras par exemple (concentrez-vous sur ceux qui contiennent votre mot-clé ou qui tournent autour, vous serez bien vu par Google > bouton B de l’éditeur). Le designer les a souvent prévus pour contraster le texte. Ils donnent des indications sur ce qui est important pour Google.

Pensez à ajouter quelques liens internes vers des pages ou des articles de votre site ou éventuellement un site qui vous a aidé à écrire votre article.

Des images supplémentaires ne seront pas de trop. Vous pouvez encore ajouter une vidéo depuis Youtube, par exemple, en collant tout simplement le lien. WordPress s’occupe du reste, c’est ce qu’il appelle les embeds. Il existe de nombreux embeds que l’on peut importer depuis d’autres sites. Consultez la liste complète ici.

Classez votre article dans une catégorie et modifiez l’extrait

Les catégories permettent de classer les articles en les regroupant par thématiques et de faciliter la recherche.

L’extrait est un résumé qui peut être repris dans des sections de votre site, votre balise méta description ou encore l’extrait d’une publication sur un réseau social (en fonction des paramétrages du site).

La categorie d l'article

Conclusion

Il ne vous reste plus qu’à publier votre post sur votre site et le partager sur les réseaux sociaux. Ils importeront automatiquement votre image à la une et votre extrait (enlevez si besoin le lien dans l’outil d’édition du réseau social si vous ne l’avez pas raccourci, une fois que tout a été rapatrié). Vous êtes proche du succès attendu, et vous l’avez bien mérité. Pensez éventuellement hashtags quand c’est possible (#) .

Publier un article sous WordPress suppose quelques opérations dont vous prendrez très vite l’habitude. Mieux vaut bien optimiser vos articles que de publier à tout-va dans l’urgence. Les bons articles restent dans le temps et certains peuvent être « ressuscités » par exemple avec le plugin Revive Old Post. Vous aurez ainsi plus de chances de mettre en valeur votre blog auprès de vos visiteurs et des moteurs de recherche.

J’espère que cet article vous a aidé et que vous publierez régulièrement des contenus. C’est la meilleure recette pour le référencement de votre site.

Ah si j’oubliais, pour l’orthographe allez voir Antidote, ou Grammalecte en version open source.

Et pour archiver votre article avec un horodatage il y a WayBack machine.

Crédit image d’Intro : photo par Green Chameleon sur Unsplash